Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

FDESR 62

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - La vie du Parti

 

 

Le PS se réjouit de la validation d'un budget majeur pour le retour de la justice fiscale et sociale dans notre pays, mais aussi pour la compétitivité et la croissance.

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - La vie du Parti

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - Vu dans l'actualité

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - Vu dans l'actualité

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - L'action du Gouvernement

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - L'action du Gouvernement

Invité d'Europe 1, le chef de l'Etat est revenu sur son déplacement en Algérie puis sur la situation au Mali et sur le retrait des troupes en Afghanistan avant d'évoquer les questions de politique intérieure : croissance, emploi, déficit ou encore dialogue social. François Hollande s'est dit déterminé à atteindre les objectifs qu'il s'était fixés.

 

Un voyage «utile pour la France et pour l'Algérie»

De retour d'Algérie, le président de la République a qualifié son déplacement d'«utile pour la France et pour l'Algérie.» Souhaitant qu'un «nouvel âge» s'ouvre dans la relation franco-algérienne, François Hollande a estimé qu'il devait être fait d'opportunités pour l'emploi, de la croissance et des jeunesses des deux pays.

Interrogé sur la reconnaissance des «souffrances infligées au peuple algérien par le système colonial», le chef de l'Etat a estimé qu'il «convenait d'être extrêmement clair» sur ce sujet et qu'il était d'autant plus important de le dire qu'il ne s'agissait pas des valeurs de notre pays :

Voilà ce que j’ai à faire : c’est permettre qu’il y ait cette réconciliation autour des mémoires et qu’en même temps nous puissions avancer.

Mali : la France dans son rôle, celui de la lutte contre le terrorisme

François Hollande s'est tout d'abord félicité du vote à l'unanimité d'une résolution autorisant une action militaire des Etats africains au nord-Mali, car cela «change tout». En effet, cette résolution permet «le dialogue politique» avec «les groupes qui ne sont pas terroristes» afin qu'ils «puissent être réintégrés dans un processus politique et combattre eux aussi le terrorisme.»

Le président de la République a estimé pour sa part qu'il excluait toute action militaire française au Mali et que la France avait été dans son rôle en portant cette résolution devant le Conseil de sécurité des Nations unies.

 

Afghanistan : Hollande salue «le courage des soldats» qui ont permis le retrait

Conformément à l'engagement qu'il avait pris lors de l'élection présidentielle, le retrait des forces combattantes d'Afghanistan est désormais chose faite. Le chef de l'Etat a d'ailleurs souligné le rôle qu'avait joué l'armée dans ce retrait :

Je veux saluer la qualité de nos cadres militaires qui ont permis ce retrait, le courage des soldats, car ils ont été, jusqu’au dernier moment, sous la menace, quand ce n’est pas sous les tirs, donc cette opération a été réussie.

Puis de rappeler qu'il y aura désormais une coopération entre les deux pays sur la formation, les soins hospitaliers et aussi sur le bon fonctionnement de l'hôpital et de l'aéroport de Kaboul.

 

Négociation sur la sécurisation de l'emploi: François Hollande appelle au compromis

Après l'échec des négociations entre patronat et syndicats sur la sécurisation de l'emploi, François Hollande a appelé les deux parties au compromis :

Je dis aux partenaires sociaux, que l’occasion ne soit pas manquée, et au patronat en particulier, parce que n’attendez pas que la loi fasse ce que les partenaires eux-mêmes n’auraient pas convenu. Je pense qu’il y a un moment où chacun doit prendre sa responsabilité. (…) Les partenaires sociaux prennent un peu plus de temps, et je peux parfaitement comprendre, et je préfère qu’il y ait un peu plus de temps, et un accord, que tout de suite et pas d’accord.

 

Maintien de l'objectif d'inversion de la courbe du chômage fin 2013

Suite aux prévisions de l'Insee qui prévoit une faible croissance (0,1% au premier semestre 2013) et une poussée du chômage, François Hollande a rappelé qu'il avait d'ores et déjà annoncé que l'année 2013 serait très difficile, que le chômage allait continuer à augmenter mais qu'il continuait à fixer l'objectif d'inversion de la courbe du chômage à la fin de l'année prochaine:

La volonté qui est la mienne, c’est qu’à la fin de l’année 2013, mais ça va être long, la fin de l’année 2013, il y ait une inversion. Une inversion ça veut dire quoi ? Ça veut dire que le chômage, à ce moment-là, régressera.

En conclusion, le président de la République s'est dit déterminé à faire respecter l'ensemble des objectifs fixés sur l'emploi, sur les déficits comme sur la croissance.

C’est notre objectif, et quand je fixe un objectif c’est pour l’atteindre, ce n’est pas pour dire, avant même que nous ayons fait les premiers mois de l’année 2013, «écoutez, nous allons renoncer.» Non, nous ne renoncerons à rien.

 

 

 

 

 


 

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - L'action du Gouvernement

 

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - L'action des élus

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - La vie du Parti

Pour la première fois de son histoire, le conseil général du Pas-de-Calais a examiné puis adopté son budget en décembre… Le budget primitif 2013 a été voté mardi, 17 décembre 2012. « Une première qui est une bonne nouvelle pour les associations subventionnées par le Département » estime d’emblée Dominique Dupilet le président du conseil général. En effet, beaucoup se retrouvaient fort dépourvues en début d’année, attendant l’aide départementale qui n’arrivait qu’au milieu du printemps, le budget ayant été soumis aux conseillers généraux en février ! « Des associations ont dû recourir à des emprunts, d’autres ont payé des agios… » La vie associative se sentira plus à l’aise en 2013. Un budget en décembre c’est aussi une bonne nouvelle pour les habitants. Il est en effet logique de dessiner en décembre les grandes lignes de l’année qui arrive. « Un budget beaucoup plus réel », dit le président.

Le Pas-de-Calais a d’ores et déjà une vision claire des grands investissements 2013 du conseil général : la poursuite des opérations lancées sur les collèges d’Aubigny-en-Artois, Bully-les-Mines, Calonne-Ricouart et Étaples ; le lancement des travaux sur les collèges de Grenay, Samer, Bruay-la-Buissière (Albert-Camus) ; la poursuite de l’opération Grand Site des Deux-Caps, de la mise à deux fois deux voies de la RD939 ; le port d’Étaples ; le Centre de conservation et d’étude archéologiques de Dainville ; les déviations routières de Courrières, Houdain, Saint-Pol-sur-Ternoise ; la liaison routière Béthune-Lestrem ; la maison du garde du bois de Marœuil ; la nouvelle caserne d’Hénin-Beaumont ; la création de neuf Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes et de deux foyers d’accueil médicalisés pour adultes handicapés, etc. « Plus 11 % sur l’investissement par rapport à l’an dernier, ce n’est pas rien » affirme Laurent Duporge, rapporteur général du budget. 220 millions d’euros d’investissements directs pour être précis, au sein d’un budget primitif de 1,641 milliard d’euros (4,5 % de plus qu’en 2012). « Un budget solidaire, volontaire, qui nous mène vers demain » a résumé Alain Lefebvre, président du groupe socialiste et républicain, majoritaire, juste avant le vote « positif » de ce groupe ; le groupe Communiste votant lui aussi pour (« Nous parions sur le possible et sur l’avenir » : Dominique Watrin) ; le groupe d’opposition Union@ction62 choisissant l’abstention.

Tout pour la jeunesse !
La description d’Alain Lefebvre convient au président Dupilet : « La solidarité reste le pan principal du budget ». Derrière le mot « solidaire », on lit 300 millions d’euros pour le RSA, 133 pour l’enfance et la famille, 155 pour les personnes handicapés, 164 pour la dépendance… Budget volontaire : « Nous ne renonçons à aucune de nos politiques volontaristes » ; le conseil général a même ajouté une couche supplémentaire en soutenant l’économie sociale et solidaire. Budget qui mène vers demain ? « C’est un budget pour 2014-2015, assure D. Dupilet, avec des objectifs qui se déclinent sur plusieurs années, voire jusqu’en 2017. Nous avons eu le courage d’augmenter les impôts de 10 % en 2006. Aujourd’hui la situation financière du Pas-de-Calais est saine. Sa signature est reconnue. Nous avons été prudents, nous avons effectué un gros travail d’optimisation budgétaire en réalisant 55 millions d’euros d’économies sur les trois dernières années ». Ce budget « qui mène vers demain » est aussi une allusion aux futurs emplois d’avenir et au Pacte départemental pour la jeunesse adopté par le conseil général et aux 157 millions d’euros inscrits en 2013 pour tout ce qui touche à la jeunesse, toutes politiques confondues. « Nous prévoyons d’investir 32 millions supplémentaires dans les cinq années à venir ».



Et la dette ?

Ce budget « qui mène vers demain » a pleinement consciences des difficultés d’aujourd’hui sur lesquelles ont insisté notamment les élus communistes. « La morosité est de mise » a répété Laurent Duporge. Le nombre de chômeurs a augmenté de 37 % dans le Pas-de-Calais entre 2008 et 2011. « Le contexte économique est morose, nos relations avec l’État le sont aussi : gel des dotations en 2013, baisse en 2014 et 2015 ! » Et avec la disparition de la taxe professionnelle, l’autonomie fiscale du Département est réduite à 15 % (notons une hausse de 1,8 % du taux du foncier bâtier, seul levier fiscal disponible). « Nous n’attendons aucune bonne nouvelle du côté de nos recettes » se lamente le rapporteur général du budget. Mais pour les conseillers généraux de la majorité socialiste : « Morosité ne doit pas être synonyme d’impuissance ! » Ils veulent avancer en veillant à « l’impérieuse nécessité de maîtriser les charges courantes, les charges de fonctionnement » et en donnant « une priorité marquée à l’investissement ».


Un budget qui mène vers demain, en tenant compte d’aujourd’hui, et hier alors ? Que devient par exemple la fameuse dette de l’État de 1,2 milliard d’euros dans le cadre des transferts de compétences non compensés ? « Vous n’avez pas cessé de réclamer cette somme au gouvernement précédent et depuis mai 2012 on efface l’ardoise ? Comment allez vous l’expliquer aux habitants du Pas-de-Calais » a lancé Michel Petit du groupe Union@ction62. « Nous n’avons jamais prévu que l’élection présidentielle nous libèrerait », répond Dominique Dupilet. « Aujourd’hui, avec le Département du Nord, nous menons un combat terrible pour récupérer une belle part des 170 millions du fonds spécifique mis en place dès 2013 par le gouvernement Ayrault pour venir en aide aux départements en difficulté… » 2013 est bien sur les rails pour un Pas-de-Calais qui s’apprête à redécouper ses cantons en vue des élections de 2015 et un scrutin binominal paritaire ; un homme et une femme sur un grand canton, tel est le souhait de François Hollande.

  • En 2013 les séances plénières du conseil général du Pas-de-Calais se dérouleront le 25 mars, les 24 et 25 juin (avec le conseil général du Nord au grand complet sans doute), le 23 septembre, le 21 octobre, les 16 et 17 décembre.

 

Texte et photos : Christian Defrance

URL courte : www.echo62.com/actu3491

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - L'action des élus

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>
Haut

FDESR 62

La FDESR 62 est le porte-parole de l’ensemble des élus socialistes et des élus locaux républicains qui ont choisi de se réunir dans un même mouvement.

48 rue François Gauthier

62300 LENS

03 21 42 33 22

fdesr@nodnet.fr

Hébergé par Overblog