Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

FDESR 62

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

5298395476_2f42c3f23f.jpgLa procédure de réquisition issue de l'ordonnance n° 45-2394 du 11 octobre 1945 et codifiée dans l'article L. 641-1 du code de la construction et de l'habitation est applicable dans les villes où sévit une grave crise du logement. Cette notion a été définie par un arrêt du Conseil d'État rendu en assemblée le 11 juillet 1980 comme étant « une dramatique discordance entre le niveau des loyers et les possibilités financières de certaines catégories de la population ». La procédure liée à ce régime requiert, entre l'intention de réquisitionner et la remise effective des locaux aux bénéficiaires concernés, des délais relativement longs en raison de la durée de l'enquête à mener pour le recensement des locaux susceptibles d'être vacants et des travaux à réaliser qui s'avèrent dans la plupart des locaux, particulièrement lourds. Cette procédure reste une solution très marginale. Elle ne répond pas à des situations d'urgence comme les périodes de grand froid, ni à celles qui nécessitent un relogement rapide tel que celui des familles.


 La dernière campagne de réquisition, en date de 2001, n'a pas donné de résultats significatifs. Chaque hiver, le Gouvernement organise une mobilisation particulière de l'ensemble des organismes chargés de la prise en charge des personnes sans domicile. Dans ce cadre sont mobilisées plusieurs milliers de places, qui viennent s'ajouter aux quelque 70 000 places permanentes d'hébergement à caractère généraliste. Ainsi, les capacités supplémentaires mobilisées au cours de la période comprise entre le 19 octobre 2009 et le 28 mars 2010 ont été en moyenne de 6 295 places. Cela représentait une progression du nombre de places par rapport à l'hiver précédent de 18 % (5 349 places mobilisées en moyenne durant l'hiver 2008/2009). Durant la semaine du 3 au 9 janvier 2011, les capacités supplémentaires hivernales, étaient de 8 811 places, soit 898 places supplémentaires par rapport à la semaine du 4 au 10 janvier 2010 (7 913 places). Ce dispositif hivernal renforcé d'année, en année constitue la réponse la plus adaptée aux besoins d'hébergement d'urgence des personnes sans abri. JO AN 25/01/2011 page : 747

 

 

Territorial.fr

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - Notes - argumentaires et communiqués

PS LogoPlan sciences, anglais à trois ans… les opérations de communication du ministre de l’Education nationale se suivent et se ressemblent. Derrière les incantations, les références aux « bonnes vieilles méthodes » et aux « fondamentaux » ou les plans qui se veulent innovants, Luc Châtel ne propose rien de neuf pour apprendre aux élèves à résoudre des problèmes et à raisonner.
 
Aider les élèves à acquérir goût et aptitudes, en mathématiques comme en langues, nécessite des enseignants formés. Alors que la formation professionnelle est laminée, que les jeunes enseignants sont envoyés sans aucune expérience devant des classes à temps complet, les « plans » de ce type n’ont aucune crédibilité. La proposition du ministre de créer des « modules » de formation en sciences serait risible si la situation des nouveaux enseignants et de leurs élèves n’était pas si tragique.
 
Puisque Luc Châtel semble si féru de mathématiques, il doit encore savoir faire une règle de trois : 16000 postes en moins et près de 60 000 élèves en plus, ce sont plus d’enfants par classe, moins de possibilité pour les équipes de se concerter pour mener des projets pluridisciplinaires, moins d’attention à porter à chacun des élèves…


L’empilement de mesures hétéroclites, mal pensées, non concertées, jamais évaluées, ne saurait masquer l’essentiel. La politique budgétaire idéologique du gouvernement prive aujourd’hui l’éducation nationale des moyens d’assurer la réussite de tous: bien davantage que des lacunes des élèves français en calcul mental, c’est cela qu’a révélé l’enquête PISA.

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - La vie du Parti

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - La vie du Parti

 
Olivier Majewicz, président de Pas-de-Calais tourisme

La cérémonie des vœux de Pas-de-Calais tourisme se tenait mardi matin dans la toute nouvelle salle des fêtes de Fauquembergues. Le Louvre-Lens, les JO de 2012, le canal Seine Nord-Europe, l’opération « Grand site »… les grands chantiers ne manquent pas. 2011 sera sans aucun doute un tremplin.


Olivier Majewicz, président de l’agence de développement et de réservation touristiques, plus simplement dénommée « Pas-de-Calais tourisme », a profité de l’occasion de la traditionnelle cérémonie des vœux pour rappeler le dynamisme touristique de notre département, proposant « un survol de quelques uns de ces grands projets » qui vont placer de fait le Pas-de-Calais au tout premier plan, à commencer par l’arrivée du Louvre-Lens. À la demande du président du conseil général Dominique Dupilet, une «Mission Louvre-Lens tourisme» a été mise en place afin d’assurer au territoire un accompagnement en ingénierie touristique. Depuis le 1er janvier, elle a désormais un responsable, Norbert Crozier, qui s’installera à Lens vers la mi-février dans un local situé dans le bâtiment du Colisée.

Accueillir le monde en 2012
Le Louvre-Lens n’est pas le seul projet vecteur de développement dans le département. La tenue des Jeux olympiques à Londres en 2012 est un atout pour le Pas-de-Calais qui se veut « base arrière » de la compétition. Le comité départemental de tourisme du Nord, Pas-de-Calais tourisme, le comité régional de tourisme et leurs homologues du Kent ont monté un projet d’une valeur globale de 4 556 000 euros pour préparer la région transmanche à accueillir le monde… car il est à parier que le tourisme sportif battra son plein pendant l’olympiade : 34 équipements sportifs sont labellisés de qualité, avec les derniers nés, la salle de lutte à Marquise au sein du complexe Capoolco et la salle de gymnastique d’Arques, sans doute la plus grande du monde. Douze délégations étrangères et françaises ont d’ores et déjà choisi de se préparer chez nous… Olivier Majewicz le clame haut et fort : « On ne peut plus ignorer le tourisme sportif».

Canal Seine Nord-Europe et opération « Grand site »
Autre projet, moins médiatique mais tout aussi important, celui du canal Seine Nord-Europe, autour duquel Pas-de-Calais tourisme travaille sur l’élaboration d’un diagnostic et d’une stratégie d’accompagnement touristique pour optimiser les retombées du chantier et de l’exploitation de l’ouvrage, en partenariat avec la Maison départementale et de développement local de l’Arrageois, les communautés de communes de Marquion et de Bertincourt et l’Association de développement des zones portuaires de France.
Enfin, le président de Pas-de-Calais tourisme a salué « ce signe de reconnaissance extraordinaire » qu’est l’avis positif rendu par le jury des Grands sites de France, évoquant « un rapport élogieux », dans lequel trois points essentiels sont mis en exergue : l’ingénierie paysagère, le développement d’une politique d’insertion sociale et professionnelle et bien sûr les 10 greeters opérant sur le site des Deux-Caps.
Un travail de communication est à entreprendre, à entretenir, ou à finaliser pour Pas-de-Calais tourisme : nul doute que 2011 sera riche en grands chantiers !

 

SR et photo: A. Top

écho62


Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - Voeux des Elus 2013

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - La vie du Parti

  VOEUX DU PARTI SOCIALISTE |

Vendredi soir, au siège du Parti socialiste calaisien avenue Louis-Blériot, le nouveau secrétaire de section et conseiller régional


 

Yann Capet a, pour la première fois, adressé ses voeux aux adhérents. Quarante à cinquante personnes figuraient dans l'assistance, conviée au préalable à une assemblée générale d'un PS concentré sur les élections cantonales. Autour du secrétaire de section, se trouvaient en effet tous les candidats socialistes à un siège au Département .


« 2011 sera une année chargée car il faudra voter en mai pour les primaires, a commencé Yann Capet. 2011, c'est aussi les cantonales, mais ne nous trompons pas de combat. Notre premier adversaire, c'est l'abstention, c'est-à-dire la négation de ce qu'est notre engagement politique car cela signifie que les gens ont renoncé. Nos adversaires ensuite sont les droites officielles, l'extrême droite bien sûr, et la droite de Sarkozy-Bouchart. Le meilleur message à leur envoyer, ce sera le vote PS. »

Ennemis intimes

Ciblant selon lui les deux principaux adversaires du Parti socialiste, Yann Capet n'a pas non plus oublié d'évoquer, sans nommer directement les intéressés, les ennemis intimes du PS calaisien. À savoir les anciens membres de la section socialiste calaisienne Philippe Blet, désormais au Mouvement des socio-démocrates du Calaisis (MSCD), et Charles François, ex-secrétaire du PS, qui a claqué la porte après avoir été évincé et qui vient de créer le Rassemblement de gauche démocratique du Calaisis. Ou encore patrice Cambraye, créateur avec Philippe blet d'un club DSK que les socialistes calaisiens jugent illégitime. « Il ne faut pas se tromper d'adversaire mais, après, il y a ceux qui jouent le jeu de la confusion, de la division et de l'amertume. Ceux pour qui le changement est difficile et qui s'accrochent aux branches. Nous, nous sommes les candidats du PS. » Des candidats qui n'ont plus que deux mois pour capter l'attention des électeurs de gauche, perdus entre tous ces partis, ces socialistes et ex-socialiste qui ne savent pas s'entendre. •


OLIVIER PECQUEUX

 

La Voix du Nord

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - La vie du Parti

 

Nathalie Delcloix et Serge Peron sont le ticket socialiste pour le canton de Calais Est. Nathalie Delcloix et Serge Peron sont le ticket socialiste pour le canton de Calais Est.

Conseiller général socialiste sortant pour le canton de Calais est, Serge Peron a confirmé qu'il était bien candidat à sa succession.


Sa suppléante est une élue marckoise, Nathalie Delcroix.


Maire de Marck, président du Sitac, vice-président de Cap Calais, conseiller général depuis 1998 et membre de sa commission permanente, Serge Peron a dévoilé ses intentions jeudi soir : « C'est une élection particulière puisqu'avec la réforme des collectivités territoriales, le mandat ne va durer que trois ans, insiste le conseiller sortant. En 2014, il y aura les conseillers territoriaux. Ça va apporter beaucoup de changement pour les départements, d'abord avec la suppression de la clause de compétence générale ». A l'entendre, les subventions vont se raréfier dans beaucoup de domaines, ceux du sport et de la culture en particulier.

Mais, avant cette échéance, Serge Peron compte bien faire valoir le bilan du conseil général sortant pour convaincre les électeurs de lui donner à nouveau leurs voix : « J'ai participé activement à la vie départementale, j'ai fait du mieux que j'ai pu ». L'élu sortant met en avant le travail réalisé par la 4e commission à laquelle il appartient, celle qui se charge par exemple des infrastructures et des collèges  : « Le conseil général travaille tous les jours pour les familles calaisiennes. Les élus et les techniciens ont fait du bon travail  ». Il souligne aussi l'impact positif de la contractualisation entre le département et Cap Calaisis, qui a permis la construction de certains équipements.

Pour le suppléer, Serge Peron bénéficie de la présence de Nathalie Delcroix. La jeune femme, mariée et mère de deux enfants, est comptable au comité d'entreprise de SeaFrance. « Je suis élue au conseil municipal de Marck depuis deux mandats , précise-t-elle, et je suis au parti socialiste depuis 2001 ». Ses liens familiaux la rattachent au quartier du petit Courgain : « C'est pour ça que je l'ai choisie », sourit Serge Peron.

Le sortant ne semble pas trop craindre la concurrence sur ses terres pour le scrutin qui se profile en mars prochain. Il aura face à lui Claude Vanzavelberg pour le PC, Jean-Marc Leroy pour le Modem, Valérie Robillard pour les Verts. En revanche, ni le PRG, ni le MSDC ne présentent de candidat sur ce canton. Le PRG dit suivre la tradition qui veut qu'il ne présente pas de candidat quand un autre représentant de gauche est en place. Quand au soutien par défaut de Philippe Blet, Serge Peron reste dubitatif : « Je ne lui ai rien demandé et je ne sais pas si ça va m'apporter des voix ; ça a été une surprise quand il a dit qu'il voulait me soutenir mais je ne veux pas me fâcher avec quelqu'un qui dit du bien de moi. En politique, je ne soutiens pas Philippe Blet, mais à l'agglo, je travaille avec lui, comme j'ai travaillé avant avec Jacky Hénin  ».

La seule inquiétude du sortant pour les scrutins des 20 et 27 mars est bien une abstention marquée : « C'est la dernière élection de ce genre pour le conseil général et généralement, ça n'attire pas beaucoup de monde », regrette-t-il, espérant que les électeurs marckois qui votent dans son canton renverseront la vapeur.

J.-F.D.



Nord Littoral

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - La vie du Parti

Ce dimanche, les socialistes ont donné le coup d'envoi de l'année 2011! Au programme: les primaires et les cantonales, et moyens de réussir la mobilisation populaire.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - La vie du Parti

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - Vu dans l'actualité

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - Vu dans l'actualité

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
Haut

FDESR 62

La FDESR 62 est le porte-parole de l’ensemble des élus socialistes et des élus locaux républicains qui ont choisi de se réunir dans un même mouvement.

48 rue François Gauthier

62300 LENS

03 21 42 33 22

fdesr@nodnet.fr

Hébergé par Overblog