Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

FDESR 62

1 2 3 > >>

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - Dossier Retraites

logo ps

 

 

 

Plus de la moitié des élèves de seconde commenceront l’année sans manuels. Le gouvernement avait pourtant été averti, à de nombreuses reprises, que l’élaboration et la distribution des ouvrages correspondant aux nouveaux programmes ne pourrait se faire dans de bonnes conditions. Il faut un an pour faire un manuel. Les programmes étaient prêts en mai.
 
Cet incroyable couac illustre de façon caricaturale les conditions dans lesquelles a été préparée la réforme du lycée par le ministre de l’éducation nationale, Luc Châtel.
La précipitation dans laquelle ont été élaborée les nouveaux programmes – pourtant sujets de nombreuses controverses, que ce soit en SES ou en histoire géographie – n’a pas permis de véritable concertation. Ces programmes, contrairement à l’usage et au bon sens, n’ont pas pu être  expérimentés ni corrigés, et les enseignants, qui les ont découverts extrêmement tardivement, n’ont en tout état de cause pas été formés à leur mise en œuvre. Cette hâte n’a aucune justification pédagogique : seuls le calendrier politique, la volonté de boucler une réforme avant les échéances de 2012 l’expliquent.
 
Ce sont évidemment les élèves qui sont pénalisés, tant du point de vue des pédagogique que financier. Les régions, d’ores et déjà asphyxiées financièrement, n’ont ni les moyens, ni le temps pour faire face à ces nouvelles dépenses : le coût de l’ensemble des manuels dépasse les 200 euros, et ce sont donc les familles qui paieront. Luc Châtel prétend cyniquement que les autres aides (allocation de rentrée…) reçues par les familles couvriront ces coûts. Mais chacun voit bien que cette affirmation est absurde : ces aides, que touchent moins d’un tiers des élèves de seconde et qui servent d’ores et déjà à acheter les autres fournitures, n’augmentent pas. Les nouveaux manuels sont tout simplement de nouvelles dépenses pour les familles, particulièrement lourdes pour les moins favorisées d’entre elles.
Le Parti socialiste demande au gouvernement d’assumer ses responsabilités dans le désordre qu’il a créé. L’Etat doit prendre sa part et financer le surcoût entrainé par les décisions inconséquentes du ministère. La gratuité des manuels scolaire doit être garantie.
 
Communiqué Bruno Julliard, Secrétaire national à l’éducation   

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - La vie du Parti

Dernier regard sur l'été écoulé et rentrée tambour battant au conseil général du Pas-de-Calais... ...


 

> Sports : le retour sur investissement... Avec les médailles d'or de Romain Barras et d'argent de Thomas Simart, Dominique Dupilet boit du petit lait... Il y voit un premier retour sur investissement des efforts consentis par le conseil général, tant en matière de suivi de sportifs de haut niveau que de construction d'équipements : « De nombreux enfants de Bapaume, Marquise et Hesdin ne savaient pas nager parce qu'ils n'avaient pas de piscine... Nous allons bientôt inaugurer trois bassins d'apprentissage de la natation. » Dans la perspective des Jeux olympiques de Londres 2012, Calais, Lens et Boulogne vont être dotés de pistes d'athlétisme, Boulogne et Saint-Laurent-Blangy d'un bassin de canoë-kayak.

L'objectif est d'offrir une base arrière aux équipes olympiques : « Mais lorsque les JO seront passés, les équipements resteront à la disposition des habitants et vont augmenter notre capacité à organiser de grands rendez-vous sportifs. Quant à l'objectif des 400 000 licenciés dans des clubs sportifs, il sera atteint pour 2012. » >  

 

Tourisme : « Willkommen ! » On a noté cette année l'arrivée en force des touristes allemands sur la côte d'Opale. Ils délaissent la mer du Nord et la Baltique. « On a même vu quelques Russes. Tant mieux, car les Anglais, eux, sont plus réticents ... », se réjouit Dominique Dupilet.


> Tout pour la musique... Les concerts organisés cet été dans le cadre de « 2010, l'année de toutes les musiques », ont attiré des dizaines de milliers de spectateurs : « C'est une grande satisfaction car la diffusion de la culture est l'une de nos politiques volontaristes importantes. Nous allons agir pour élargir l'apprentissage de la musique en milieu rural. » >

 

Trouver 100 ME d'économies. En 2011, si le conseil général veut « continuer d'exister » il devra économiser 100 ME. « Nous n'aurons pour ainsi dire plus d'autonomie fiscale puisque la taxe professionnelle a été supprimée en 2009 et qu'en 2011, ce sera la part départementale de la taxe d'habitation. » La seule alternative sera donc de tailler dans les budgets. Lesquels ? « Nous investissons chaque année 75 ME dans les transports scolaires. Pour nos collégiens, mais aussi pour les écoliers et les lycéens, qui ne dépendent pas de notre compétence. Nous allons donc engager des pourparlers avec nos partenaires comme la Région. » > La hache de guerre est déterrée. 2011 sera une année électorale pour les conseils généraux. « Ce sera le dernier test avant la présidentielle et nous avons bien l'intention de nous en emparer pour marquer notre indignation face à ce gouvernement qui nous a truandés, qui nous a menti ! Il a étranglé les collectivités territoriales... Il est certain que moins il y a d'élus locaux, plus le président se sent omnipotent ! Nous vivons dans une république bananière. Je n'ai plus rien à demander au gouvernement. Je le combats... », a fulminé un Dominique Dupilet bien dans le ton de l'université d'été du PS. •

 

 

La Voix du Nord

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - Vu dans l'actualité

Lis moi avec webReader

 

 

Je suis inquiet quant aux critères très restrictifs du projet de Revenu de Solidarité Active (RSA) jeunes proposé par le Gouvernement : avoir entre 18 et 25 ans, avoir travaillé au moins 2 ans dans les trois dernières années, ne pas être étudiant sauf en ayant des revenus mensuels de plus de 500 euros qui vont exclure l’écrasante majorité des jeunes en recherche d’insertion ou d’emploi.

Ainsi dans le département du Pas-de-Calais, pourtant l’un des plus jeunes de France, ils ne seront pas plus de 3 000 à être éligibles, soit moins de 2% des 18-24 ans. Cette mesure ne représente pas une réponse digne à l’immense besoin d’autonomie des jeunes de notre Département.


A titre d’exemple, pour les étudiants, en plus d’avoir travaillé deux ans à temps complet au cours des trois dernières années, il faudra que leur revenu mensuel soit d’au moins 500 euros. Ainsi, on invitera ceux qui en ont le plus besoin, devant la faiblesse des bourses universitaires, à sacrifier une fois de plus leurs études en dépensant leur temps et leur énergie pour gagner 500 euros par mois afin de pouvoir prétendre au RSA. Cela ne va ni dans le sens de leur réussite scolaire, ni dans le sens d’un accompagnement professionnel efficace.


rsa-jeune-2010

Ne pas endosser une politique de la poudre aux yeux.

Le Département du Pas-de-Calais, fort de son expérience en matière d’accompagnement et d’insertion professionnelle et sociale, a des pistes à proposer pour mener une vraie politique de l’autonomie des jeunes. Si Monsieur DAUBRESSE avait mené une démarche sincère en la matière, il les aurait sollicités et écoutés. Le retard pris dans la mise en œuvre autant que la faiblesse des ressources consacrées, témoignent d’une faible volonté politique dans ce domaine, hormis pour une politique de poudre aux yeux.


Il me revient, en tant que Président du Département du Pas-de-Calais, la responsabilité de l’ouverture des droits ou du rejet des dossiers… Je suis donc contraint d’assumer ce rôle alors que je suis est en profond désaccord avec les critères du RSA jeunes et la désorganisation avec laquelle il est mis en place. Il s’agit d’une manipulation institutionnelle qui m’amène à porter le chapeau à la place de Monsieur DAUBRESSE, véritable responsable de ce futur fiasco social.

 

http://www.dominiquedupilet.fr

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - L'action des élus

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - La vie du Parti

Communiqué commun de l’intersyndicale CFDT, CFTC, CFE.CGC, CGT, FSU, SOLIDAIRES, UNSA le 23 août 2010

Après les fortes mobilisations du premier semestre, et notamment le 24 juin dernier, les multiples initiatives qui ont ponctué l’été, montrent la détermination des salariés à faire entendre leurs revendications et leurs propositions concernant le projet de réforme des retraites dont le contenu est injuste et inacceptable.

 

La période estivale a été marquée par la persistance de la crise économique et sociale - la situation du chômage s’aggravant encore notamment pour les jeunes - et par l’annonce de mesures de rigueur supportées essentiellement par l’ensemble des salariés. Le gouvernement poursuit une politique inadaptée en terme d’emplois et de pouvoir d’achat qui accroît les inégalités.


Au moment où le projet de réforme des retraites va être examiné par le parlement, les organisations syndicales rappellent leur ferme opposition à celui-ci. Cette réforme ne répond pas aux enjeux actuels. Les questions d’emploi notamment pour les jeunes et les seniors, celles des inégalités hommes-femmes, de la pénibilité, d’un financement durable appuyé sur une autre répartition des richesses produites, non seulement ne sont pas traitées, mais font porter à plus de 85% les efforts sur les salariés.


La remise en cause des 60 ans avec le report à 62 et 67 ans des âges légaux va fortement pénaliser les salariés et notamment ceux ayant commencé à travailler jeunes, ceux ayant des carrières chaotiques et incomplètes, en particulier les femmes.


Les organisations syndicales considèrent aujourd’hui que rien n’est joué et appellent tous les salariés du privé et du public, les demandeurs d’emploi, les jeunes et les retraités à poursuivre la construction d’une mobilisation de grande ampleur et à faire du 7 septembre prochain une journée massive de grèves et de manifestations.


Le gouvernement et les parlementaires doivent entendre la mobilisation des salariés et répondre à leurs revendications pour d’autres choix en matière de retraites, d’emploi et de pouvoir d’achat. Les organisations syndicales se réuniront dès le 8 septembre pour analyser la situation et décider des suites unitaires à donner rapidement à la mobilisation.

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - Dossier Retraites



Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - La vie du Parti

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - Dossier Réforme Territoriale

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - La vie du Parti

 

Michel Lefait, vice-président PS du Pas de Calais, affaires européennes


Nous avons perçu cette directive comme une véritable agression car notre conviction c’est que comme la santé, la solidarité n’est pas une marchandise et ne peut pas être placée sous l’égide et l’empire du libre marché.


C’est un champ extrêmement étendu de services qui est concerné puisqu’il s’agit du logement social, de la famille, de l’enfance, de la protection de la petite enfance et également les soins et services à domicile des personnes fragiles ou malades, des personnes du 3e et 4e âge. Quand on sait que le développement exponentiel que vont connaître ces services avec l’allongement de la durée de la vie, on voit le filon et le gisement qui se présente à ceux qui veulent faire des bénéfices et de l’argent sur les soins et services apportés à la personne.


Nous, nous sommes efforcés de bloquer l’application de cette directive en prenant une délibération qui prévoit comme la directive le permet, un catalogue de services du monde associatif qui pouvaient être exclus du champ d’application de cette directive et donc nous permettre de continuer notre action comme nous le faisions jusqu’à présent.

Voir les commentaires

Published by FDESR 62 - - L'action des élus

1 2 3 > >>
Haut

FDESR 62

La FDESR 62 est le porte-parole de l’ensemble des élus socialistes et des élus locaux républicains qui ont choisi de se réunir dans un même mouvement.

48 rue François Gauthier

62300 LENS

03 21 42 33 22

fdesr@nodnet.fr

Hébergé par Overblog