Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

FDESR 62

Jacqueline Maquet (PS): et si on allait encore plus loin?

Forcément, la députée socialiste arrageoise n’a pas grand-chose à redire à la copie livrée par son grand patron, François Hollande. Elle est même « fière et impatiente » que le débat parlementaire commence à ce sujet, « un moment historique que de concourir à changer les choses en profondeur quand on est une réformatrice comme moi ! »

Pour autant, elle apporte un petit bémol à cette joie de voir arriver enfin la réforme territoriale « tant attendue ». En ce que Jacqueline Maquet s’interroge sur le fait qu’on n’en ait pas profité pour réformer également l’État.

Son exemple est probant : « On va enlever des couches au mille-feuille. Mais il en reste d’autres à retirer. Comme dans le domaine de l’emploi, où le chômeur se retrouve aujourd’hui à courir du Pôle Emploi à la Mission Locale, en passant par la Maison de l’Emploi, les dispositifs Coups de Pouce, et même ici à Arras par la CUA qui a ouvert un service emploi destiné à accueillir et accompagner les demandeurs ! Comme il faut mutualiser les moyens voire même supprimer des instances au niveau institutionnel, il faut aussi supprimer les doublons, raccourcir les circuits, rationaliser et faire des économies dans d’autres secteurs, comme celui-là ! »

Satisfaite que le Nord - Pas-de-Calais demeure une région autonome, avec une forte identité et une grosse densité, la députée s’inquiète néanmoins du mode de scrutin qui sera appliqué aux futures élections régionales. Et de brandir sans pour autant le dire le spectre d’un FN qui parviendrait aux affaires...

Et puis, à l’instar de Philippe Rapeneau, qui ne siège pourtant pas sur les mêmes bancs qu’elle, Jacqueline Maquet milite aussi pour qu’on aille plus loin dans cette réforme territoriale. Et notamment au niveau des intercommunalités : « Il faut réfléchir à l’échelle de bassins de vie. On a créé des intercos pour nous rassembler et être plus cohérents, et à côté de ça, aujourd’hui, on a des syndicats pour l’eau, les déchets... »

D. Dupilet «optimiste sur le futur maillage»

Dominique Dupilet, encore président du conseil général du Pas-de-Calais jusqu’au 23 juin s’est évidemment exprimé hier sur la réforme territoriale présentée par le gouvernement de François Hollande.

Le statu quo pour notre région. Il se montre satisfait de voir la carte des grandes régions maintenir le Nord – Pas-de-Calais tel quel. « Les Picards n’étaient pas très demandeurs (d’une fusion). Je suis Picard. Je sens une différence entre la Picardie et l’Artois. Il faut une logique de territoire et d’histoire, sinon on crée quelque chose d’artificiel. »

L’expérimentation interdépartementale a porté ses fruits. Dominique Dupilet participe à la convention des conseils départementaux 59/62 instaurée l’an dernier et à la conférence territoriale des présidents, qui réunit les patrons des deux départements du Nord et du Pas-de-Calais et celui de la région Nord - Pas-de-Calais. Une « mise en commun des actions (numérique, reconversion de la BA 103) » qui semble avoir été « déterminante » à l’heure des derniers arbitrages pour tracer la carte des grandes régions de demain. « C’est en grande partie grâce à cela que la région Nord – Pas-de-Calais est restée telle quelle, pense Dominique Dupilet. Cela laisse la place à toutes les expérimentations telles que le président de la République le laisse supposer. »

Franchir les frontières. Les développements de l’action publique, l’élu du littoral les imagine au niveau de l’eurorégion, « avec nos amis de Belgique et aussi d’Angleterre ».

Garder des collectivités de proximité. Pour Dominique Dupilet, « si on crée des grandes régions, alors il faut créer des collectivités de proximité. Elles sont absolument incontournables. Les Département sont le point de rencontre des intercommunalités, avec des élus connaissant la proximité et arpentant le terrain tous les jours. »

Les « hésitations » du président. « Créer des grandes Régions et le même jour, annoncer la suppression des Départements, c’était mettre la charrue avant les bœufs. On réforme les territoires sans consulter les territoires… » Mais avec le report à 2020 de la mort des conseils généraux, Dominique Dupilet a « commencé à sentir les hésitations du président de la République ».

Encore « optimiste ». Du coup, il se dit « optimiste sur le futur maillage. Je crois que les Départements peuvent encore mener ce combat pour garder les compétences qui sont les compétences de proximité. Si réforme territoriale il doit y avoir, ce sont les Départements qui rejoindront les Régions et pas les Régions qui absorberont les Départements. »

Published by FDESR 62 -

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

FDESR 62

La FDESR 62 est le porte-parole de l’ensemble des élus socialistes et des élus locaux républicains qui ont choisi de se réunir dans un même mouvement.

48 rue François Gauthier

62300 LENS

03 21 42 33 22

fdesr@nodnet.fr

Hébergé par Overblog