Présentation

  • : Le site de la Fédération des élus socialistes et républicains du Pas-de-Calais
  • Le site de la Fédération des élus socialistes et républicains du Pas-de-Calais
  • : La Fédération départementale des élus socialistes et républicains est une instance de réflexion, de délibération et d'action des élus socialistes.
  • Contact

Contacter la FDESR

Tél : 03 21 42 33 22
Fax :
03 21 13 45 11
mail : fdesr@nordnet.fr
Adresse :
48, rue François Gauthier
BP 370
62335 LENS Cedex 

Recherche

2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 15:22

 

http://deputes.lessocia

Réforme emblématique du quinquennat, la loi sur la transition énergétique pour une économie verte fait le pari d’une écologie sociale qui allie performance économique, soutien aux ménages et préservation de l’environnement. Plusieurs avancées sociales sont à noter comme le chèque énergie qui permettra à des millions de familles modestes de mieux supporter leurs dépenses d’énergie.

 

 

Télécharger l’argumentaire : l’Ecologie sociale

 

 

La transition énergétique est la grande réforme de cette deuxième mi-temps du quinquennat. Elle répond à des enjeux décisifs – le réchauffement climatique, le redressement économique, la souveraineté sur nos sources d’énergie - et concrétise notre vision d’une société social-écologique.

 

 

1 – C’est un levier pour la reprise économique. Ce projet de loi va relancer la croissance par la conversion progressive de nos modes de production, de consommation et de transports aux exigences du développement durable.

 

 

2 – C’est un texte de progrès social qui va alléger la facture énergétique des ménages et des entreprises et qui va lutter contre la précarité énergétique qui touche les plus modestes.

 

 

3 – C’est le choix d’une écologie incitative. Nous voulons réconcilier les Français avec l’écologie. L’écologie ne doit plus être synonyme de règlements, de taxes ou de contraintes mais doit être vue de manière positive par les entreprises et les ménages. C’est le seul moyen pour rassembler les Français derrière ce grand objectif et d’insuffler une dynamique à ce projet. Notre réforme opère ce changement de modèle et fait de l’incitation le principal levier de la transition énergétique :

 

 

Mise en place d’un chèque énergie pour faire baisser la facture énergies des familles populaires et les aider à isoler leur logement ;

 

Programme d’isolation thermique des bâtiments (500 000/an) avec l’éco-prêt à taux zéro et allègement fiscal de 30% pour financer les travaux ;

 

Mise en place d’un bonus pour l’abandon d’un véhicule diesel avec achat d’un véhicule électrique ;

 

Prêt de 5 milliards aux collectivités pour s’équiper en voitures propres et plan d’Installation de 7 millions de bornes électriques pour les voitures électriques.

 

 

Lire aussi : Transition énergétique : poser les jalons d’un nouveau modèle énergétique français

http://deputes.lessocialistes.fr/node/6563#sthash.qhkRssiF.dpbs

listes.fr/node/6563#sthash.qhkRssiF.dpbs

Partager cet article

Published by FDESR 62
commenter cet article
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 10:17

Partager cet article

Published by FDESR 62
commenter cet article
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 10:14

Partager cet article

Published by FDESR 62
commenter cet article
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 10:09

Retrouvez l'interview de Jean-Christophe Cambadélis dans Le Progrès !

 

Vous êtes en déplacement aujourd’hui à Bron, dans le Rhône, dans le cadre des Etats généraux du PS. De quoi s’agit-il ?

Il s’agit de reconstruire la carte d’identité du PS. Le monde a changé, nous le voyons dans la guerre que nous venons de déclarer au terrorisme. Par ailleurs, notre modèle social a changé, nous devons en parallèle faire face à nos déficits. Enfin, nous sommes passés à une forme de tripartisme avec la présence du FN.

Le PS doit être en capacité de s’adapter à toutes ces évolutions.

Le PS a perdu son identité ?

Nous devons faire un travail de refonte et de réorganisation du parti.

Le PS doit être plus moderne, nous conservons les structures depuis la SFIO avec un fonctionnement de haut en bas. Or, la communication aujourd’hui est horizontale. Il nous a fallu intégrer les nouveaux vecteurs de la communication.

Bref, en décembre, le PS fera peau neuve !

Il y a beaucoup de voix discordantes au sein même du PS. Il est possible de retrouver une unité ?

L’unité a toujours été nécessaire. Qu’il y ait des avis divergents n’est pas un problème en soi. Nous devons nous interroger : comment le PS veut-il changer la société, qu’est-ce que son progressisme.Il nous faut retrouver une force propulsive.

Le programme du PS n’était-il pas le programme de François Hollande ?

Le programme de François Hollande était un programme pour la France. Le PS doit penser la société à venir, cela ne se résume pas à un programme présidentiel.

Comment va se dérouler la consultation auprès des militants ?

Nous avons posé douze questions aux militants qui couvrent le champ culturel, social, international.

Sept réunions vont se tenir et nous allons collecter des milliers de contributions. Nous opérerons une première synthèse le 13 octobre puis une seconde en novembre. Nous établirons enfin une charte des Etats généraux qui sera soumise au vote des militants. Et le 6 décembre, date des Etats généraux, nous fonderons un nouveau progressisme, une nouvelle gauche.

Entre les contributions de Gérard Collomb et celles de Martine Aubry, vous parviendrez à une synthèse ?

Gérard Collomb et Martine Aubry partagent des valeurs et des principes communs. C’est cela qu’il va falloir mettre en exergue.

Le PS a connu un nouveau revers électoral avec les sénatoriales. Rythmes scolaires, baisse des dotations, réforme territoriale… Les élus ont été secoués ces derniers mois…

C’est vrai mais il faut réformer le pays. La nécessité de la réforme se confronte parfois à la préservation des positions électorales acquises. Si vous ne faites rien, c’est le pays qui perd. Pour enclencher cette réforme, il faut lever les conservatismes. Mais si vous voulez une France plus juste, plus efficace et plus forte, il faut agir pour le bien commun.

Propos recueillis Geoffrey Mercier

Partager cet article

Published by FDESR 62
commenter cet article
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 09:23

Le zapping des questions au gouvernement

Partager cet article

Published by FDESR 62
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 15:23

Partager cet article

Published by FDESR 62
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 10:48

Partager cet article

Published by FDESR 62
commenter cet article
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 10:44

Partager cet article

Published by FDESR 62
commenter cet article
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 13:43

Actuellement débattue au Parlement, la loi pour la transition énergétique permettra notamment d'encourager les travaux de rénovation énergétique dans les logements

Si vous voulez faire isoler votre maison, vous aurez droit à la baisse d'impôt jusqu'à 30% du coût des travaux, jusqu'à 8000€ par personne, et 16.000€ pour un couple. 

Les travaux possibles sont multiples : isolation des combles, doublement des fenetres, isolation des façades, installation de chaudières à condensation, de bornes électriques pour les recharges de voitures électriques, ou encore l'installation de compteurs individuels dans les copropriétés. 

Outre la réduction de la facture énergétique française, cette loi permettra la création d'emplois dans le secteur du bâtiment

Ainsi, pour Ségolène Royal : 

Lancer massivement ces travaux d'économies d'énergie est vertueux à un triple niveau : cela crée des emplois et des activités, cela économie l'énergie, et donne du bien-être. 

La ministre s'est également exprimée à propos du nucléaire, rappelant qu'elle n'était «pas pour la sortie du nucléaire»: «je considère que c'est grâce à l'énerge nuclaire que l'on peut, grâce à cette sécurité, engager maintenant la transition énergétique, monter en puissance sur les énergies renouvelables», a-t-elle ainsi déclaré. 

Enfin, Ségolène Royal a annoncé la tenue début novembre de la Conférence environnementale, autour de trois thèmes :

  • la préparation de la conférence climat qui se tiendra à Paris en 2015,
  • la ville durable,
  • les relations entre la santé et l'environnement

Partager cet article

Published by FDESR 62
commenter cet article
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 13:19
Bernard Poignant est le conseiller spécial du Président de la République François Hollande pour tout ce qui a trait au projet de réforme territoriale. Depuis quelques semaines, il reçoit par petits groupes les Présidents des Départements afin de prendre leurs avis sur la question.

Michel Dagbert fait partie des huit élus qui ont ainsi été accueillis à l’Élysée ce mercredi 24 septembre.
Le Président du Conseil général du Pas-de-Calais a pu faire entendre son opposition au texte actuel et son souhait de participer activement à l’élaboration d’une alternative constructive et porteuse d’amélioration pour le service aux citoyens.

Voici le sentiment complet de l’intéressé :

Réformer ensemble, c’est déjà réussir

La réforme territoriale, c'est-à-dire la réforme politique, institutionnelle et administrative du Pays, est une nécessité. Elle peut devenir la chance d’une nouvelle décentralisation, concertée avec les territoires, gage de réussite.

Des Régions fortes aux périmètres territoriaux et de compétences élargis seront utiles pour participer à la compétition internationale de l’innovation, du développement économique, de l’éducation et de la recherche. Ce nouveau mouvement doit aussi s’accompagner d’une clarification du rôle de chaque collectivité, des articulations qui existeront entre elles et de la stabilisation des modes de financements.

Dans un calendrier et une méthode fixés par l’État, la nouvelle architecture doit se bâtir en s’adaptant aux particularités des territoires, ceux-ci pouvant imaginer les modalités pratiques permettant de :

  • rendre plus lisible l’action publique au coût le plus juste
  • conforter le lien social et le lien citoyen souvent fragilisés
  • penser des complémentarités d’action sur la base de diagnostic partagé, de projets de territoire et d’évaluation régulière de politiques plus simples et moins étouffées par des dispositifs empilés y compris ceux de l’État

C’est de cette manière que l’unité républicaine et la solidarité nationale trouveront un nouvel élan.

Concrètement, plus les Régions seront grandes et mobilisées sur l’Avenir, plus l’échelon départemental se trouve confirmé : celui-ci restant adapté au pilotage de certaines politiques publiques. Depuis dix ans, les Conseils généraux ont démontré leur capacité réformatrice en intégrant, chaque année, par exemple, avec efficience, de nouvelles compétences transférées de l’État. Les Conseils généraux restent, comme dans le Pas-de-Calais une collectivité de proximité, relais essentiel dans l’écriture d’une nouvelle organisation, donc d’un nouveau Contrat social.

De plus, là où il n’y ni Métropole, ni ville de plus de 100 000 habitants, l’échelon départemental reste le fédérateur et l’assembleur du territoire et de ses acteurs. Le Conseil général devient alors un des acteurs du développement et dispose dans le Pas-de-Calais d’un outil structurant essentiel, celui des Contrats territoriaux de développement durable avec les EPCI ; ceux-ci encore jeunes, restent naturellement et logiquement mobilisés sur le bloc communal et ses compétences.

Dans une grande Région du Nord, le Conseil général du Pas-de-Calais dispose d’expertise, d’atouts et d’un savoir-faire permettant d’asseoir pour les cinquante prochaines années une nouvelle intervention des politiques publiques au service des solidarités humaines et territoriales.

Partager cet article

Published by FDESR 62
commenter cet article
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog